’est souvent comme ça  que se « défonce » les personnes souffrant de dépendance affective.

Elles se mentent à elle-même dans l’espoir de goûter au bonheur.

Le bonheur et le mensonge sont incompatibles.

Rassurez-moi vous êtes d’accord ?  

C’est  aller à l’encontre de ses valeurs !

Croire et être convaincu(e ) que le bonheur est ailleurs, qu’il est chez les autres est encore une fois une véritable erreur. 

Je suis une ex-dépendante  affective.

Pendant des années, j’ai plus souvent vu le bonheur de dos que me sourire avec ses belles dents.

J’ai cru au bonheur, 

J’ai couru après

et  je n’ai jamais  réussi à l’attraper…(une  vrai fouine)

jusqu’au jour où j’ai appris à  le voir autrement… ?

Si vous êtes dépendant affectif et concerné par ce faux bonheur alors vous êtesanxieux(e)  et angoissé(e). (= ça va de pair !!)

Peut-être vivez-vous ce sentiment de vide ?

Si oui, alors vous pensez bien que dans cet état, vous n’atteignez  jamais le bonheur véritable.

Peut-être que vous vous dites que vous n’y avez pas le droit  ?

Peut-être même que vous pensez mériter de ne pas de le vivre ?

Alors c’est quoi le véritable bonheur d’un dépendant affectif ?

C’est simple :

La liberté de (re)devenir émotionnellement entier !

Pour le devenir ou le redevenir, c’est d’abord et avant tout être honnête avec soi-même. (Vous n’avez pas besoin de le crier sur les toits).

C’est se dire par exemple  : « Comme un drogué, je suis  plongé(e) dans un état et  rien ne semble m’aider à m’en sortir. »

Répondez par oui ou par non à ces questions :

  • Avez-vous peur d’être quitté(e) ?  Craignez-vous de rester seul(e) et isolé(e) sur le plan affectif ?
  • Avez-vous besoin de  votre entourage en permanence pour faire face au quotidien ?
  • Vous méfiez-vous des autres ?
  • Sentez-vous souvent, ou même en permanence, l’imminence d’un danger ?
  • Pensez-vous être en situation de vide affectif ?
  • Êtes-vous anxieux(e)  ou angoissé(e) lorsque vous êtes en groupe ?
  • Sacrifiez-vous souvent tout pour plaire aux autres et répondre à leurs désirs et à leurs besoins ?
  • Vos exigences envers les autres, ou envers vous-mêmes, sont-elles très élevées ?
  • Estimez-vous que vous êtes en droit de tout faire, de tout dire, de tout obtenir sur-le-champ ?

Si vous avez répondu oui à une seule question, il y a fort à parier que votre mental a pris le pas sur votre bonheur.

Pour le dire autrement, c’est votre mental qui domine votre être. Il vous fait croire que vous êtes libre et que vivez la liberté.

Et vous vous mentez sûrement à vous-mêmes.

Votre mental n’est pas toujours au service de votre bonheur.

« A force d’avoir l’esprit critique, on finit par l’être avec soi-même » (pour citer une de mes clientes)

le rôle essentiel de votre mental est uniquement là pour répondre à vos questions de survie.

Libérer l’Être (=votre vrai nature)  de son mental est le « prix » de sa liberté, le prix du bonheur. Rien d’autre.

Votre mental vous ment  et vous éloigne de votre bonheur.

Il crée :

–          une prison dans laquelle vous vous jetez.

–          une « zone de confort » qui vous enferme dans vos habitudes et vos croyances.

Attention à ne pas confondre zone de confort et bonheur ! La zone de confort, c’est vos veilles habitudes, pas forcément ce qui vous rend heureux…

J’ai cru pendant longtemps que plaire à mes proches était la seule façon de me procurer le bonheur.

  • Comment connaître le bonheur, si vous vivez dans le « plaire à tout prix » ?
  • Comment connaître le bonheur, si vous vivez dans la terreur, dans la peur du regard de l’autre ?
  • Comment connaitre le bonheur, si vous vivez constamment dans la peur d’être abandonné(e ) ou quitté(e )?
  • Comment connaître le bonheur si vous êtes constamment dans la méfiance ?

Vous êtes dans une de ces situations ?                               

Votre attitude et votre comportement attirent vers vous :

–          Soit le résultat que vous cherchez à tout prix éloigner

–          Soit le résultat que vous recherchez mais certainement pas de façon positive

Pour vous donner quelques exemples :

1er exemple :

Certaines personnes dépendantes ne tolèrent pas la solitude.

Elles possèdent un talent fou pour trouver une personne qui s’occupera d’elles. . Elles sont douées  pour sauter de l’ anaconda à l’anguille électrique.

2ème exemple :

Ce n’est pas le cas pour les personnes qui vivent la peur de l’abandon, le sentiment d’abandon.

Elles peuvent mettre fin à une relation d’intimité parce qu’elles ont souffert et ont peur de souffrir encore. Elles fuient l’amour comme le putois.

Résultat de ces 2 exemples :

C’est invivable et c’est surtout loin d’être le bonheur.

Ces comportements font partie de ceux que je retrouve le plus souvent dans mes suivis de coaching.

Lorsque vous êtes dans cette zone de confort, vous reproduisez ces comportements.

Jusque-là vous êtes d’accord ?!

Et voilà à quoi ressemble votre addiction. Vous envoyez en continu des émotions à votre cerveau. Qui deviennent carrément une drogue.

Votre cerveau et votre corps en redemandent.

Ils ne peuvent plus s’en passer.

Ils en ont tellement besoin que  votre sens du bonheur n’est plus qu’un lointain et vain rêve, mis au fond d’un tiroir par votre mental.

Alors pour passer d’un état chaotique à un état de bonheur,

d’un état de dépendant à un état d’émotionnellement libre,

Vous pouvez commencer par juste prendre conscience de tous vos mécanismes.

Je peux vous assurer que vous aurez fait un sacré pas en avant !! Et pas n’importe lequel !

Votre premier pas vers la liberté.

7 étapes pour trouver le bonheur !

1 – Commencez par être honnête avec vous-même.

Le plus beau cadeau que vous pourriez vous faire et qui vous mènera certainement vers le bonheur :  c’est de faire de l’honnêteté une seconde nature.

Plus vous serez honnête et plus attirez vers vous des personnes, des opportunités, des situations qui iront  dans le même sens.

2 – Ensuite, pratiquez la gratitude.

Soyez dans la gratitude envers la vie.

Faites la liste de 5, 10, 15 ou 20 bonnes choses qui vous concernent :

–          Qu’il s’agisse de pouvoir respirer,

–          marcher, de pouvoir voir, de pouvoir entendre, se lever, s’asseoir, se déplacer, conduire…

–          Que ce soit en lien avec votre santé, votre animal de compagnie, vos réussites (aussi minimes soient elles),

–          vos enfants (si vous en avez), le dernier repas que vous avez partagé ou la dernière chose que vous avez vue, …

Plus vous êtes conscients des bienfaits qui vous entourent,  plus vous prenez conscience que vous vivez dans l’abondance et plus ressentirez le bonheur.

L’abondance ne se résume pas à la richesse matérielle, bien sûr !

L’abondance, le bonheur, ce sont toutes ces petites choses qui vous donnent envie de sourire. C’est d’être conscient de la chance que vous avez de les avoir vécu.

+  vous aurez de la gratitude pour ce que vous avez déjà,

+  le bonheur se manifestera dans votre vie.

Je vous garantis qu’au bout de 21 joursvotre vie aura déjà nettement changé.

Pourquoi 21 jours ?

Parce que c’est le temps nécessaire qu’il faut à votre cerveau :

–          pour changer,

–          pour être transformé,

–          de façon durable.

C’est prouvé scientifiquement.

La science des 21 jours pour changer en est une.

3 -Continuez en conjugant votre vie au présent

Soyez là maintenant dans le présent.

Pas dans le passé : il ne vous appartient plus.

Pas dans le futur : il ne vous appartient pas encore.

Appréciez chaque moment, chaque instant.

Quand vous respirez (pratiquez la respiration profonde), quand vous mangez, quand vous buvez… appréciezzzz

si vous jouez avec vos enfants,…Soyez là, avec eux, avec vous, ici et maintenant.

Par le biais de votre vue, de votre ouïe, de votre respiration, de tous vos sens….

4 – Laissez entrer le pardon dans votre vie

Vous ressentez de la colère, de la tristesse ? Qui n’en a jamais eu ?

Si elles vous empêchent d’être heureux(se), c’est qu’elles ne sont pas bonnes pour votre bonheur.

Le passé est au passé.

Pardonner,

–          ce n’est pas effacer ce qui s’est passé ;

–          ni enlever la faute à ceux qui vous ont fait du mal.

Pardonner,

–          c’est accepter que ça se soit produit,

–          et continuer à vivre, malgré tout,

–          en laissant la colère derrière vous, à sa place, au passé…

5 -Donnez vous de l’amour !

Je pense que c’est le geste le plus noble que vous pouvez avoir envers vous-même.

Ce geste à lui seul vous apportera le bonheur.

Je ne vous dis pas d’avoir un égo démesuré.

Je vous dis seulement de vous aimer et de vous accepter comme vous êtes, tout simplement !

Ne mettez pas la barre si haute. Soyez indulgents avec vous-même.

Ne froncez pas les sourcils. Regardez vous avec bienveillance.

Respectez-vous. Vous le méritez !

6 -Acceptez de donner

Si vous avez du temps et des talents, faites-en don aux personnes qui en ont besoin.

Transmettez votre savoir et vous serez comblé de bonheur.

L’univers ne manquera de vous remercier 🙂

Si vous faites un peu de jardinage, vous avez compris le sens de mes propos. Si vous nourrissez votre terre, elle vous le rendra généreusement.

7 -Méditez !

Méditer,

-c’est apprendre à se connaître,

– apprendre à s’aimer

Mais aussi apprendre, et je pense qu’il est de mon point de vue le + important

– à libérer sa nature profonde.

En méditant, vous deviendrez à la fois témoin et observateur de votre vie.

La méditation apporte le détachement, qui  à son tour vous emmène vers  la sérénité, indispensable à votre bonheur.

Vos actions essentielles sont celles que vous décidez de mettre en place MAINTENANT

Grâce à la méditation, le bonheur peut devenir un état continuel et vous accompagner à chaque instant.

Alors au lieu de chercher ailleurs qu’en vous-même le bonheur, et au lieu de vous raconter des histoires sur ce bonheur que vous cherchez,

Petit récapitulatif des ingrédients du bonheur :

  • Commencez par être honnête avec vous-même
  • Ensuite, pratiquez la gratitude
  • Continuez en conjuguant votre vie au présent
  • Laissez entrer le pardon dans votre vie
  • Donnez-vous de l’amour !
  • Acceptez de donner
  • Méditez !

21 jours de pratique quotidienne juste pour savoir qu’est-ce  le bonheur. Rassurez moi, vous n’allez quand même pas vous en privé ? 😉


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Share This